Rita KRAUS

Romancière

Accueil

 

Rita Kraus est né en Belgique. Elle a été élevée en France et à Cuba. Si l’on ajoute à cela qu’elle a, dès l’âge le plus tendre, parcouru le monde et qu’elle s’exprime couramment en plusieurs langues, on n’hésitera plus à la comparer à « l’ONU faite femme » et jolie femme par-dessus le marché, ce qui ne gâche rien.

Issue d’une famille où l’on manie de grandes affaires internationales, elle aurait pu se contenter de vivre dans le coton. Mais, plus que sur le coton, Rita était portée, par tempérament, sur le … fulmicoton et rêvait de provoquer, ici ou là, de petites déflagrations…

Jugez-en.

L’impact médiatique

En règle générale, les romans, nouvelles et pamphlets de Rita Kraus ont été favorablement accueillis par les divers organes d’information. L’un de ses romans, rebaptisé « Dolfonso y Dolfonso fait tilt » a été publié en feuilleton dans « France-Soir » pendant trois mois, à une époque où ce quotidien « tirait chaque jour à 1 million d’exemplaires ». Une de ses nouvelles, « La grande décharge », a été publiée par « Le Monde » et reprise dans plusieurs recueils. Son roman « Des pions sur l’échiquier » a fait l’objet de plusieurs tentatives d’adaptation cinématographique. Des chroniqueurs sérieux l’ont successivement comparée à Labiche, Voltaire et Swift, ce qui n’est pas mince. Les quelques 80 nouvelles qu’elle a produites ont été véhiculées par les meilleurs titres de la presse pré-numérique dont Le Monde, l’Express, Lui, Planète, le Parisien, France-Soir, la Dépèche du Midi, Le Soir-Bruxelles, La Suisse/Genève, etc…

 
 

A Rome, ce jour-là, toutes les Cadillac de location avaient été retenues par de mystérieux coups de téléphone, et dirigées sur l’aéroport de Fiumicino. Il pleuvait à seaux. D’invisibles charmeuses distillaient comme des mots d’amour l’annonce des arrivées et des départs. Les grands jets, européens et intercontinentaux, glissaient sur les pistes, aveuglés par l’ondée.

« Dolfonso y Dolfonso fait tilt » par Rita Kraus

 
Il fut un temps où le magazine « Planète » avait la réputation d’être une publication culte, réservée à un certain nombre d’initiés. Cette nouvelle fit partie d’une contribution de Rita Kraus.

« Le coup » par Rita Kraus

 
« La grande décharge » parut d’abord dans « Le Monde » dans le cadre d’une page du « Monde des Livres », consacrée à « Littérature et environnement ». Elle a circulé depuis dans plusieurs recueils et manuels scolaires et universitaires.

« La grande décharge » par Rita Kraus

 

 
A l’image des « Pulp » américains, la littérature populaire fut célébrée par les éditions Opta dans plusieurs magazines, comme « Mystère Magazine » auquel Rita Kraus contribua régulièrement.

« Pour la triomphe de la cause » par Rita Kraus

 
Autre exemple de cette littérature populaire, actuellement en voie de réévaluation en France comme aux Etats-Unis où elle est désormais considérée comme « classique ».

« Les petites chaises roulantes » par Rita Kraus

 

Découvrez les écrits de Rita KRAUS dans notre rubrique extraits Cliquez ici