Extraits

Moi, Marta Strumpf

Ecrit par

Moi, Marta Strumpf

Cinq heures viennent de sonner à l’église d’Auteuil où se célèbrent les mariages comme il faut et les baptêmes assortis. Pour ne point changer, il pleut à verse. En bottes cuissardes et imperméable de cuir, la jeune femme descend du taxi, sa mallette sous le bras, devant l’un des derniers hôtels particuliers du village, coincé entre deux hautes murailles de béton. Elle en pousse la grille et fonces tête baissée, à travers le jardin détrempé.  Courbés sous l’averse, les rares passants qui assistent à la scène la suivent un instant du regard et lui envient peut-être son ressort, son impétuosité, sa fougue, qui sont d’une...

Lire plus...

Attentat !

Ecrit par

Attentat !

Premier Episode LA CIBLE Durant toute la durée du vol, Bodrum n’avait cessé de s’agiter sur son siège. Une question le préoccupait : comment, en débarquant du Boeing à 6 heures du matin, réussirait-il à protéger son  »client » dans Rio, une ville dont il ignorait les détours ? Son  »client », c’était beaucoup dire. Dans l’avion, Jon Hoeveel voyageait en première et lui en classe économique. L’intermédiaire, qui avait requis ses services et qui l’avait instruit au départ de Paris, avait interdit à Bodrum de se faire reconnaître. Il devait veiller sur Hoeveel sans révéler à...

Lire plus...

Le commerce de ses charmes

Ecrit par

Le commerce de ses charmes

La place du Palais-Bourbon, à Paris, ne résonne pas seulement de l’écho des envolées lyriques qui naissent à la tribune de l’Assemblée voisine ; 11 y souffle aussi un vent de frivolité qu’entretient le va-et-vient des modèles qui hantent le siège de revues sur papier glacé à la gloire de la beauté féminine.  Rien d’étonnant, donc, à ce que – par commodité – Herbert eût choisi d’y loger son studio dans un duplex aménagé sous les toits. Américains il appartenait à une profession qu’on désigne, faute d’un équivalent en français, sous la dénomination de  »glamour...

Lire plus...

Un crime de notable

Ecrit par

Un crime de notable

C’est avec la plus grande discrétion que le sergent Fernand Plouffe, de la Police Montée Canadienne, alla accueillir Surray à l’aéroport de Dorval : d’abord parce que l’affaire pour 1aquelle Plouffe avait requis le concours de cet ancien collègue ne devait à aucun prix être ébruitée ; ensuite parce que l’âméricain Surray – Vincent Surray, pour la précision de la chronique – avait quitté le FBI par la porte de service sans que ses patrons eussent jugé bon de lui délivrer un satisfecit.  En provenance de New York, l’appareil d’Eastern Airlines déchargea sa cargaison humaine sur l’aire cimentée...

Lire plus...

Les petites chaises roulantes

Ecrit par

Les petites chaises roulantes

A un âge où sa fraîcheur commençait à se ternir, Cornelia Granby avait conservé de son passé d’actrice le goût de la vie large et des amours à répétition. Hélas, comme il y avait maintenant belle lurette que le cours de sa carrière cinématographique avait été freiné, puis tronqué, par les poussées de croissance d’une génération de starlettes plus promptes à se dévêtir qu’elle-même ne l’avait été en son temps, les produits de son industrie principale et des extra sur lesquels elle avait débouché tendaient à s’épuiser et il n’était pas difficile de prévoir que ses seules richesses consisteraient bientôt...

Lire plus...

Pour le triomphe de la cause

Ecrit par

Pour le triomphe de la cause

Erigé sur une colline, l’hôtel dominait la ville. De ses balcons, équipés de larges baies, on pouvait s’amuser à dénombrer les clochers d’église et les coupoles qui se profilaient sur le ciel de la cité historique.  Plus que d’un hôtel, il s’agissait à proprement parler d’un complexe hôtelier, conçu et géré à l’américaine, dont les multiples commodités ôtaient à ses hôtes l’envie de sortir de son périmètre. Du sous-sol au toit, plusieurs restaurants se disputaient la faveur de les gorger. Le grand hall circulaire était percé d’alvéoles qui abritaient autant de boutiques de luxe. Pour le repos...

Lire plus...