Les petites chaises roulantes

Ecrit par

Les petites chaises roulantes

A un âge où sa fraîcheur commençait à se ternir, Cornelia Granby avait conservé de son passé d’actrice le goût de la vie large et des amours à répétition. Hélas, comme il y avait maintenant belle lurette que le cours de sa carrière cinématographique avait été freiné, puis tronqué, par les poussées de croissance d’une génération de starlettes plus promptes à se dévêtir qu’elle-même ne l’avait été en son temps, les produits de son industrie principale et des extra sur lesquels elle avait débouché tendaient à s’épuiser et il n’était pas difficile de prévoir que ses seules richesses consisteraient bientôt en un album de coupures de presse et un carton de photos jaunies.

Pourtant, à l’heure où la gloire les partis flatteurs s’étaient succédés à ses pieds.

Malheureusement pour elle, le jeune Lord qui avait provisoirement arrondi sa taille s’était écrasé, en Angleterre, contre un platane au volant de sa Lotus de compétition ; l’aventurier, qui l’avait un moment épaulée en Italie, avait disparu sans laisser de traces avec, à ce qu’il paraît, toutes les polices d’Europe à ses basques ; et le mécène américain, qui l’avait mise à New York dans un écrin doré, avait été revolvérisé par une faction rivale lors d’une discussion d’affaires particulièrement mouvementée. Cornelia avait joué de malchance avec ses soupirants les mieux intentionnés.

Télécharger au format PDF